UN SIMULATEUR DE B200

UN SIMULATEUR DE B200

Les faces avant

Voilà un sujet qui a fait couler pas mal d'encre de cartouches d'imprimantes, et j'en sais quelque chose.
Depuis que je me suis attelé à la construction de mon B200, j'en ai fait des essais, plus ou moins heureux, alors je vous livre ici ma façon de faire, du moins la dernière en date et qui  me donne satisfaction en attendant une CNC que je n'aurai jamais car il faut savoir arrêter les investissements quand madame (encore elle... mais on l'aime quand même) existe aussi à nos cotés et supporte nos rêves de gosse.

1 - le matériel
- Une imprimante jet d'encre
- Du papier autocollant A4 en couchage blanc mat de chez Micro application référence 5067 (Fnac ou autre )
- Vernis mat incolore Polyuréthane en pot, j'ai du mal à supporter les bombes qui ont une fâcheuse tendance à diluer vos impressions juste au  moment où elles sont ajustées et découpées .....
- Peinture noire satinée glycéro en pot pour la même raison
- Logiciel Designer de face avant version 5.0.1 de chez Shaeffer disponible en téléchargement ici https://www.schaeffer-ag.de/fr/telechargements/designer_de_faces_avant/.


2 - la technique
Pour mes faces avant j'utilise 2 épaisseurs de plexi, une de 2 mm ou 3 mm et une de 5 mm
La plaque de 2 mm est à l'arrière et sert de support aux inters, poussoirs et autres
La plaque de 5mm est la face avant, c'est elle qui reçoit directement la face avant imprimée.

Une fois la plaque découpée aux bonnes dimensions, je pose une première version de l'autocollant imprimé, il me sert de gabarit pour le perçage.
Je perce mes trous, pas de miracle il faut une perceuse à colonne, on en trouve pour pas trop cher dans les magasins de bricolage.
Je préfère utiliser un jeu de mèche pour le métal en perçant à faible vitesse,  mais cela dépend du type de plastique que vous trouverez pour faire vos faces, il faut expérimenter.

Le problème, enfin le premier problème car il y en a d'autres vous vous en doutez, c'est que les écrous des interrupteurs dépassent de cette plaque de 2 mm, il va donc falloir les loger dans la plaque de 5 mm, d'ailleurs c'est exactement ce qui se passe sur les faces avant de vrais avions, j'en ai récupéré sur Ebay et c'est la que j'ai appris et adapté.
Pour se faire il faut fraiser la plaque de 5 mm sur sa face arrière, en débord du trou de l'inter pour pouvoir faire joindre les 2 plaques, vous me suivez ?
Un seul outil pour çà, la Dremmel ou équivalent mais en puissant et un accessoire de type défonceuse qui s'adapte dessus, il faut qu'il soit précis et fiable, la fraise droite pour faire ce travail doit être adaptée au matériau pour ne pas trop chauffer.
J'utilise maintenant une défonceuse Festo avec une fraise de droite à rainurer de 16 mm pour faire les évidements sur une profondeur de 3mm et une fraise droite à rainuer de 12 mm pour les trous de passage des interrupteurs.

Une fois que c'est fait, j'enlève l'autocollant qui a souffert lors du perçage, je dégraisse la surface à l'essence F, pas d'acétone qui déclenche des micro fissures ( craising ) .
Je pose l'autocollant définitif en ayant découpé au préalable 2 angles pour favoriser l'ajustage.
Je découpe les trous et les contours au cutter après avoir bien appuyé avec le doigt pour marquer ses contours. Le petit secret c'est toujours de couper de l'avant de la face vers l'arrière pour ne pas décoller le papier.
Je peins les trous et les rebords des plaques en noir mat, encore une fois avec le pinceau placé du côté arrière pour ne pas déborder vers l'avant. Ces gestes n'ont l'air de rien mais ils sont très importants et conditionne vraiment le fini de la plaque. je laisse sécher au moins 1 jour.
Je passe le vernis mat sur la face avant ( deux couches espacées d'une nuit), si possible au petit rouleau laqueur

Le deuxième problème c'est qu'il faut impérativement prévoir un rétro éclairage, un cockpit non rétro éclairé est invivable, pour se faire et parce qu'on invente rarement quelque chose, j'utilise la technique de Claude Kieffer, à savoir une 3 ème plaque de plexi de 4 mm à 30 mm de la face arrière de 2 mm, cette plaque percée au diamètre des led ultrabright ( 5 mm )en regard de chaque inscription, éclaire suffisamment, j'ai groupé ces leds en séries de 3 avec une résistance de 120 ohms par série pour une alimentation en 12 volts.
Tout le rétro éclairage du cockpit est alimenté en 12 volts, c'est un choix que je ne regrette pas car il permet d'utiliser la partie 12 volts d'une alimentation de PC, le 5 volt étant réservé aux cartes Opencockpit et ceci en toute sécurité

J'intercale une feuille de mylar jaune entre les 2 faces pour que le rétro éclairage soit agréable.
Enfin j'assemble les 2 plaques de 2 et de 4 mm avec 2 boulons de 3 X 10 mm.

La plaque qui supporte le rétro éclairage est quant à elle éloignée d'environ 3 cm par des boulons et entretoises ou écrous, je la fais de plus en plus en plexi blanc, ce qui contribue à la diffusion de la lumière.
 


Voilà une photo de la face avant de la platine PA avec le rétro éclairage en action


Je guette toujours quelques messages d'encouragements, j'ai vu que mon site était un peu visité, alors comme un Roland Jourdain dans le vendée globe, çà booste toujours un peu quand on sait qu'on est lu, alors Merci










5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres