UN SIMULATEUR DE B200

UN SIMULATEUR DE B200

La platine course et Hdg

 

 

La teneur de cet article est quelque peu différente des autres puisqu'il s'agit plus d'une réfection et adaptation d'une vraie platine de B200 dénichée sur Ebay que d'une construction.

Je suis très content d'avoir eu cette platine car elle m'apprend beaucoup de choses sur la façon dont les modules sont conçus y compris pour le rétro éclairage.

Je vais essayer de vous faire partager tout ce que j'ai appris avec un maximum de photos.

 

 

Photo de la platine à la réception

 

 

Première opération : le démontage

 

J'ai démonté complètement cette platine pour voir comment elle était conçue et voir ce que je pouvais récupérer.

Au premier examen les deux encodeurs, de très bonne facture sont optiques et dans l'état actuel de mes connaissances je ne sais pas les interfacer. Ce n'est pas très graves dans la mesure ou ce ne sont pas des encodeurs doubles et surtout qu'ils sont munis à l'arrière d'un poussoir et donc il n'y a pas de difficulté à les remplacer par des CTS288.

La seule difficulté que j'ai eu à ce niveau c'est le démontage des boutons car ils sont munis de vis Allen minuscules que j'ai réussi à enlever à l'aide d'un tournevis de précision, n'ayant pas pu trouver une clé correspondante aussi petite.

A la fin de cette opération je garde donc la face avant et sa platine support des 3 poussoirs, cette platine supporte un rétro éclairage par lampes à incandescence en 5 volts, je garde les entretoises et le coffret et les 2 boutons avec leur poussoir central.

 

A savoir qu'un interrupteur à glissière sur le côté du coffret permet de choisir entre le 5 et le 28 volts pour le rétro éclairage, cet interrupteur n'est pas accessible une fois la platine montée dans le pédestal.

Je vais donc garder le 5 volts pour rétro éclairer la face avant.

 

Photo de ce que je garde après le démontage

 

Deuxième opération : l'intégration des encodeurs

 

Comme les boutons ne sont pas percés à la bonne dimension, il faut tout d'abord effectuer cette opération. On perce en plusieurs fois à des diamètres de plus en plus élevés et à vitesse lente en bloquant les boutons dans du bois dur et à l'étau pour ne pas les abimer, diamètre 6,5 mm .

La face avant est ensuite répercée au bon diamètre pour le passages des axes des encodeurs.

 

Photo des boutons, je pensais qu'ils étaient rétro éclairés mais ils ne le sont pas, visiblement c'est une peinture fluo qui les rends lisibles, ils sont en aluminium.

 

Cette partie me prend donc 6 entrées sur la carte Master France cockpit, je n'ai eu aucune difficulté pour programmer cela sauf pour les fonctions des boutons poussoirs des encodeurs.

En effet un de mes lecteurs m'a expliqué en fin d'article les fonctions attachées à chaque poussoir d'encodeur et j'ai implémenté pour l'instant la fonction qui consiste à mettre directement la pinule Hdg sur le cap actuel de l'avion quand on appuie sur le poussoir de l'encodeur Hdg.

Il me reste à programmer la fonction du poussoir de l'encodeur course mais c'est un peu plus délicat

 

 

 

Photos de la face avant

 

 

Et vue du haut pour vous donner des indications sur le profil des poussoirs

 

Après percement on intègre les encodeurs sur la platine, le plus dur est fait

 

 

 

 

 

Troisième opération :  le rétro éclairage

 

J'ai repéré à l'ohmètre les branchements du 5 volts et amené les fils correspondants sur la broche ce qui me donne maintenant une bonne idée de l'éclairage réel de la platine.

Vous pouvez voir que l'éclairage est presque blanc, les boutons paraissent plus orangé car les lampes qui les éclairent ne sont pas placées sous les boutons mais à coté ce qui donne un éclairage plus chaud et plus diffus.

En ce qui me concerne le débat est donc clos sur la couleur du rétroéclairage, pas de jaune ou d'orange comme au début mais un blanc chaud que je vais appliquer pour les autres platines.

 

Photo de ces essais

 

 

Quatrième opération : la cablage des boutons poussoirs

 

Bien que je ne sache pas encore les implémenter par sioc, j'ai cablé les poussoirs après avoir repéré leurs broches respectives à l'ohmètre car je n'ai pas de doc sur cette platine.

 

Il s'avère qu'il faut 7 entrées pour cabler toute cette platine avec un seul fil de masse en prenant des entrées contigues sur la master France cockpit, le cablage va donc se faire en direct sur une platine de répartition que j'ai mis en fond de pédestal.

Cette platine a été construite tout simplement sur la base d'une plaque à trous et de borniers à vis achetés pour une misère en chine, la nappe est une nappe IDE récupérée sur un vieux PC.

 

Photo de cette carte bien pratique, pour l'instant il n'y a que les entrées soudées, je vais m'occuper prochainement des sorties.

 

 

 

 

 



11/04/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres